Formation modèle bases de données mobiles Auto-formation

Un projet de saisie mobile est un projet qui embarque une mini base de données dans l’appareil mobile. Donc un projet mal analysé, c’est à dire les bases non conformes au souhait du client donne un projet recommencé plusieurs fois, donc coûteux par manque de formation !

Nous avons donc tenté ici, sans la prétention de faire un cours exhaustif sur les modèles conceptuels de données (MCD en résumé), de rassembler un minimum de principes, d’exemples et de cours retrouvés sur le Net à votre disposition et adaptés au monde de la mobilité.

Ceci est la base à assimiler avant d’écrire un cahier des charges (modèle de cahiers des charges pour saisie en mobilité.

On rappelle qu’une application de mobilité va travailler avec ou sans réseau et pour cela doit embarquer dans le terminal, non pas la base de données entière mais une base réduite en champs et en nombre d’enregistrements pour pouvoir travailler sur le laps de temps entre deux synchronisations.

Les 2 grandes étapes à définir :

  1. définir les phrases de base qui lient les données
  2. écrire les tables avec des données et faire les liaisons

Phrases de base qui lient les données du modèle

Exemple sur une simple réception de marchandises :

Le technicien ou le commercial nous rapporte initialement :

  • 1 tournée a plusieurs récépissés.
  • Chaque récépissé est pour un seul client
  • Chaque récépissé a plusieurs cartons, plusieurs cintres et plusieurs housses.

Que doit comprendre le développeur qui n’a pas rencontré l’entreprise ? Surtout de la dernière phrase.
Les cartons, housses, cintres sont-ils des types de colis ou des articles ?

A/ Si ce sont des colis, on en déduit, pour détailler l’analyse du modèle embarqué :
chaque récépissé a plusieurs colis, chaque colis peut être soit un carton, soit un cintre, soit une housse.
Chaque colis comprend plusieurs articles qui peuvent être des cravates, des costumes, etc...chacun ayant sa quantité.

B/ Si ce sont des articles, on crée alors le modèle conceptuel suivant :
chaque récépissé a plusieurs articles, ces articles sont soit des cartons, des cintres ou des housses, chacun ayant sa quantité.

On voit à ce moment que l’entreprise cliente a changé brutalement de métier …

On voit aussi deux choses sur un exemple aussi simple :
1/ ce n’est pas si compliqué comme les méthodes avec des schémas : c’est simple, mais cela doit être clair. C’est le minimum du modèle conceptuel attendu.

2 / On a vite fait de planter un projet si il n’y a pas un minimum de principes clairement énoncés.

Les 2 termes importants des phrases du modèle conceptuel sont :

1/ « clé » : c’est ce qui reste d’une liste dont on ne peut se passer pour identifier un élément de la liste. Une clé peut être unique (vu ex du récépissé) ou composée de plusieurs éléments.

  • Unique : la clé du récépissé est … le N° de récépissé
  • Composée : l’événement réalisé d’une opération d’un OF, la clé est au moins triple composée de « date+heure » + N°opération+N°OF (on peut y ajouter aussi : début ou fin, et l’identifient de l’opérateur si plusieurs travaillent sur le même OF en même temps …

2/ lien :
Quand on lit la phrase du modèle : « chaque récépissé a plusieurs colis » : on fait un lien entre deux clés : « colis » et « récépissé » . et le type de lien « a plusieurs » détermine combien de colis « voit » le récépissé.

Les types de liens sont au nombre de 4 réduits à 3, si on fait des phrases du style direct (Sujet verbe complément) :

  • « a un seul » : relation dite 1:1 donc dans ce cas on peut simplifier : les deux clés se confondent en une seule,
  • « a plusieurs » : relation type « 1-n », vu exemple précédent, chaque récépissé a plusieurs colis .
  • « a plusieurs et réciproquement » relation dite de type « n-n » : exemple : une gamme est composée de plusieurs articles et chaque article est dans plusieurs gamme.

Voilà pour les principes de base à employer dans un cahier des charges.

Pour revenir à notre analyse de récépissés,

Écrivons les tables avec des données et faisons les liaisons

D’un des modèles d’explications, on peut lire 3 tables :

La Liste des Cartons :

ID colis Récépissé ID Article Qté article
1 570057752813 1 14
1 570057752813 2 66
2 570057752813 2 33
3 570057752813 3 2
1 570057752814 4 50

La liste des récépissés et tournées

Tournée Récépissé Client Nbre colis Date tournée
1013245091 570057752813 Bruton 3 12.10.13
1013245091 570057752814 Toto 1 12.10.13
1013245092 570057752815 Bruton 1 13.10.13

et la liste des Articles :
ID Description
1 Housse
2 Cintre
3 Carton
4 Cravate

ou on peut aussi en déduire un 2ème modèle (changement de l’activité de la société ;-) ) :

Liste des colis
ID colis récépissé description Qté article
1 570057752813 Housses 14
2 570057752813 Cintres 66
3 570057752813 Cartons 33

Liste des récépissés :
Tournée récépissé Client Nbre colis Date tournée
1013245091 570057752813 Bruton 3 12.10.13
1013245091 570057752814 Toto 1 12.10.13
1013245092 570057752815 Bruton 1 13.10.13

Et puis finalement après discussion nouvelle avec le client, on obtient le modèle final suivant qui a été retenu :
2 Tables de données à téléchargées au départ :

Client Adresse Ville
Bruton rue Blanche Coin du tour
Toto impasse des lilas Tonyan
Bruton rue Maupassant Paris

ID colis récépissé description Qté article
1 570057752813 Housses 14
2 570057752813 Cintres 66
3 570057752813 Cartons 33

Les liaisons sont faites par les renseignements collectés sur le terrain et une association entre les clés des tables.

On scanne d’abord les colis à réception , par récépissé, cela donne par exemple :

Récépissé colis Date scan Etat Photo
570057752813 1 18/10/13-15:00 Bon
570057752813 2 18/10/13-15:01 Mauvais Id45266.jpg

Puis on fait signer le récépissé informatiquement, ce qui donne au final.

Récépissé Scan date Nbre colis Signataire Signature
570057752813 18/10/13 – 15:10 2 Toto Id7854422.jpg

Ces deux dernières tables sont envoyées dans la base de données à la prochaine synchronisation et des données.

Simple au final ? mais précis

Vous voyez maintenant que l’interprétation sur un petit exemple de rien du tout peut donner lieu à des quiproquos sans fin et une perte de temps par manque de précision.

La suite : le cahier des charges :

Maintenant que votre analyse est plus claire, vous pouvez passer à la rédaction du cahier des charges avec notre modèle

Autres liens utiles pour les MCD dans les développements :

- http://g-rossolini.developpez.com/tutoriels/web-debutant/?page=bdd
- le cours en PJ repris d’un autre site.

Voir en ligne : Autres liens utiles pour les MCD dans les développements :